21 avril 2007

Cette fois, c'est vraiment fini...

    Ah, nostalgie, quand tu nous tiens ! Pas moyen de te lâcher. Tu inspira les plus grands poètes, mais nous, tu nous a surtout tiré les larmes.

     De dernière soirée en dernière soirée.  De bals de promo en rencontres "sportives sur canapé". De restes éthyliques en dérapages lacrimaux, il a bien fallu qu'on se le dise ce petit mot. On aurait pu dire "SabaahoulKhaïr" pour dérider tout le monde,  mais non. On a préféré le traditionnel "au revoir"... moins compliqué et quand même très efficace.
Inutile d'énumérer tout ce qu'on a fait : les danses endiablées et les tendres câlins... On le sait. On s'en souvient. On en rigole... et bordel ! on en pleure. Au rythme d'une chanson de Bruel qui invite à se retrouver dans dix ans... même préfa, même plage, même resto (faut bien s'approprier le texte !). Ou à celui de "goes around" (excusez mon anglais très approximatif). Sauf que cette fois les gars, quand on aura fini de tourner comme des cons avec notre index en l'air... on ne se verra plus dans le regard de vingt-trois autres cons. On sera... tout seul... tous seuls.... bref tous ensemble à travers notre solitude. Un peu de pathos de temps à autre ça ne fait pas de mal.
     Je ne pense pas que ce texte soit, au final, très émouvant (pas hilard non plus mais bon...). Seulement, excusez-moi, mais j'y arrive pas ! Je ne peux pas me dire que l'on tire un trait, que c'était bien, mais c'est fini, qu'on aura juste été une brève dans les anales de cet Iut... Vous me connaissez, d'habitude je suis parmi les prem's à sortir le kleenex, voir à me moucher dans mon pull. A exhiber mes yeux d'albinos et mon menton tremblant. Là, les canaux sont à sec. A peine un ruissellement (pas les moussons de Calcutta). Une rosée du matin, la buée dans la salle de bain... pas grand' chose, quoi. C'est de votre faute aussi. Trop de bonnes choses. D'éclats de rires, d'instants marquants, d'osmoses (presque) parfaites. Trop de rancoeurs pour une note plus élevée ou pour un meilleur déhanché... Trop d'éléments qui rapprochent et qui font que je vous aime.
     Pas d'illusion. Je sais que la distance se creusera plus vite avec certains qu'avec d'autres. Mais qu'importe car une chose est sûre. En deux ans, vous m'avez tous fait grandir.

T. R.

Posté par tiphaine26 à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Cette fois, c'est vraiment fini...

Nouveau commentaire